Mont Taranaki

×Récit de la journée

En ce mardi matin, c’est de bonne heure que nous partons à l’attaque du Mont Taranaki, mais au moins avec un sac léger. Petit rappel, la veille à New-Plymouth nous nous sommes fait planter par le gars qui avait les clés du refuge. Donc le timing est serré. Il va falloir faire l’aller/retour au sommet dans la journée, et le soir nous avons 3h de route jusqu’à notre prochaine destination, le tongariro.

Mont Taranaki, Nouvelle-Zélande

Dès la sortie de New Plymouth le Taranaki est là, immanquable avec ses 2500m de haut alors que nous sommes tout juste au niveau de la mer. C’est le seul volcan du coin. Ce qui frappe en regardant la carte, c’est le grand cercle vert qui entoure le volcan, d’environ 50km de diamètre. A l’approche du parking la route se met à traverser une zone de forêt extrêmement dense, un mélange entre nos forêts et une forêt tropicale, où cohabitent bouleaux et palmiers.

Chemin vers le sommet du Taranaki

Quelques autres randonneurs sont au départ. La journée s’annonce magnifique, comme depuis notre arrivée sur l’île. 1500m de dénivelé restent à parcourir à pied. Jusqu’au refuge le chemin est facile mais raide.

Escalier dans l'ascension du Taranaki

La végétation disparaît alors pour laisser place à de gros rochers. Le chemin est aménagé et il y a bien 1h d’escalier à monter.

Au loin le Mont Ngauruhoe

C’est là que les choses se corsent. Les 600 derniers mètres ne sont qu’un grand pierrier. A chaque pas nous glissons quasiment autant que la hauteur de notre pas. Un régal pour les chevilles.

Neige éternelle au sommet du Taranaki

Laura abandonne l’ascension vers 2400m et commence la descente. Je termine au pas de course. Au bout du pierrier, il faut contourner un gros bloc rocheux pour arriver dans le petit cratère enneigé. Encore un petit ressaut d’une cinquantaine de mètres à gravir pour atteindre le sommet. De là, la Nouvelle-Zélande s’étend à perte de vue. Toute la région de New Plymouth  bien sûr, les volcans du Tongariro, probablement Hamilton au Nord, et l’on pourrait deviner Wellington au Sud.

Vue depuis le sommet du Taranaki

Note pour plus tard, il y avait des emplacements pour camper au sommet. On n’a pas le droit mais bon, à mon avis cela fait trop loin pour le garde.

Sommet du Taranaki

La descente s’effectue 4 à 4, je dois rattraper Laura. Je dévale le pierrier en skiant sur les cailloux. Mais elle a près d’une heure d’avance et malgré une fin de descente au sprint je ne la retrouve qu’au point de départ. Arrivée 5 minutes avant moi, elle avait juste eu le temps de me prendre un jus de fruits bien frais pour m’accueillir. Pas de temps à perdre. On repart pour 3h de route et demain on remet ça…

Publié le: 12 mars 2013

Auteur: Guillaume Orsal

Catégorie: Blog, Ile du Nord, Océanie

Tags: , ,

+Sur le même sujet...
+4 commentaires
  1. maman dit :

    Super randonnée!

  2. Vi et Fred dit :

    Ah oui! ça rigole pas! 1500m ça commence à faire, un seul mot : BRAVO!
    encore merci pour ces supers photos.
    question: pour être encore un peu plus dans l’ambiance avez-vous des odeurs à nous raconter?(pour les sons, on a bien entendu les oiseaux, ils sont fabuleux, non? :-)
    biz
    Vi et Fred

  3. Guillaume dit :

    Voilà il y a les odeurs du Ngauruhoe et de Wai-O-Tapu. Ça schmout grave !

  4. julien dit :

    Bande de Malades.
    Bon mais c’est vrai que ce rond vert sur la carte c’est vraiment bizzare

Laisser un message

Le temps imparti est dépassé. Merci de saisir de nouveau le CAPTCHA.